• mer 23 août 2017  03:14
Bled.ma

L'info sans frontières

ABDERRAFIA ZOUITENE RASSURANT SUR FRANCE 24

ABDERRAFIA ZOUITENE RASSURANT SUR FRANCE 24

6 avril, 2016

[ - ] A [ + ]

Prestation réussie pour Abderrafia Zouitene, Directeur Général de l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) sur France 24. Zouitene se veut rassurant sur l’état des lieux dans le secteur du tourisme au Maroc. «Le Maroc se maintient malgré tout, même si la conjoncture internationale est difficile», a-t-il assuré.

 C’est un Abderrafia Zouitene rassurant et optimiste qui est intervenu ce mercredi 6 avril sur le plateau télévisé de France 24, dans son édition matinale. Le DG de l’ONMT a d’abord exposé un état des lieux loin d’être alarmant, comparativement aux pays voisins. «Le Maroc reste la première destination de l’Union Européenne en termes touristiques», a-t-il affirmé. Une façon de dire que l’image de la destination Maroc n’est pas ternie et que les européens continuent de la choisir pour leurs vacances. La baisse en 2015 n’a été que de 1% par rapport à 2014, «ce qui est très appréciable au regard de ce qui se passe dans d’autres pays». La Tunisie ou l’Egypte enregistrent en effet des baisses drastiques. C’est loin d’être le cas pour le Maroc car «le pays jouit d’une sécurité et d’une stabilité », devait déclarer Zouitene. La journaliste qui l’interviewait n’a pas manqué de faire allusion aux images véhiculées de terrasses vides à Agadir. Sur ce dernier point aussi, Zouitene s’est montré rassurant, rappelant que le Maroc est un des rares pays de la région à se maintenir et à ne pas figurer sur les listes officielles des Etats classés à haut risque.

La stabilité n’est pas la seule raison. «Le Maroc dispose d’un produit qui se renouvelle et d’une qualité certaine », indique Zouitene. Il cite à ce propos le classement du Maroc en tant que 3e meilleure destination en termes d’accueil, des nombreux musées qui ouvrent leurs portes et qui contribuent largement à l’attrait culturel, au bon « vivre ensemble », aux restaurations des médinas (celle de Fès par exemple a bénéficié de 800 millions de dirhams pour sa restauration).

La réponse à la crise est donc claire et rassurante.

A.DAOUD


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *