• lun 29 mai 2017  13:17
Bled.ma

L'info sans frontières

AFFAIRE BOUKIND: ENTRE ETHIQUE ET DEVOIR

AFFAIRE BOUKIND: ENTRE ETHIQUE ET DEVOIR

3 janvier, 2017

[ - ] A [ + ]

Jamais une affaire concernant la pratique médicale n’avait suscité un tel engouement et un tel lynchage médiatique. Depuis plusieurs semaines, des vidéos sur ce que l’on appelle désormais l’affaire du Professeur Hassan Boukind circulent sur le net, montrant des témoignages de supposées victimes des actes chirurgicaux du Professeur en question. Une action est intentée en justice par la famille d’une patiente décédée suite à des complications post-opératoires. Le dossier, entre les mains de la justice, est en délibération et devrait être jugé ce mercredi 4 janvier. Retour sur une affaire dont le dénouement marquera sans aucun doute l’histoire de la pratique médicale au Maroc.

 

C’est ce mercredi 4 janvier que l’affaire du Professeur Hassan Boukind connaîtra son premier dénouement. Le dossier, en délibéré depuis une quinzaine de jours, sera jugé.

L’issue de cette affaire marquera sans doute les annales de la pratique médicale dans le Royaume. Hassan Boukind, Professeur en chirurgie réparatrice, ancien chef de service du CHU Ibn Rochd, est accusé d’avoir commis une erreur médicale lors de l’opération chirurgicale de la patiente Amina, décédée quelques jours après cette intervention.

La famille de la défunte incrimine directement le Professeur et l’accuse d’avoir commis une erreur ayant entraîné la mort de Amina et a intenté un procès en justice. Seulement, l’époux de Amina et sa fille ont refusé l’autopsie de la dépouille, seule action qui allait déterminer la réelle cause de cette mort.  L’époux, ex-officier de la police judiciaire, réclame par ailleurs des indemnités s’élevant à 2 milliards de centimes. Le dossier, en phase de plaidoirie, a connu un lynchage médiatique sans précédent incitant à se poser la question : qui veut la peau du Professeur Boukind?

 Un lynchage médiatique sans précédent

 Vidéos, posts sur facebook, sur youtube… Une émission radiophonique a même été consacrée entièrement à l’affaire Boukind, relayant les témoignages de supposés médecins, qui n’ont pas hésité à dénigrer le travail de leur collègue, en gardant toutefois l’anonymat, ce qui jetait un discrédit total sur leurs propos. Le traitement qui a été consacré à cette affaire soulève des questionnements importants dans le domaine de l’éthique dans la pratique journalistique et des méthodes de certaines radios. Une plainte est déposée par « La Coalition nationale pour défendre les droits de tous les malades, des médecins et des professions de santé », coalition formée par plusieurs organismes de défense des droits de l’homme et des associations de médecins, auprès de la Haute Autorité Pour la Communication et l’Audiovisuel (HACA) a été déposée.

Le procès intenté à Boukind est loin d’être le premier et ne sera certainement pas le dernier dans le domaine de l’erreur médicale.

Il a toutefois la particularité d’avoir été mis sous les projecteurs de façon démesurée. Ce qui n’est pas courant dans ces affaires- là et ce qui incite là encore à se poser la question de savoir par qui il est commandité ? Qui tire les ficelles dans cette affaire ?

Boukind a même été accusé de ne pas disposer des compétences pour réaliser ce type d’opération chirurgicale. Pourtant, Hassan Boukind est l’un des grands noms au Maroc dans le domaine de la chirurgie réparatrice. Il a été à l’origine de la création du Centre National de Chirurgie Plastique et Brulés CHU à l’hôpital Ibn Rochd  à Casablanca. IL est aussi Professeur de chirurgie plastique à Faculté de Médecine  Université Hassan II de Casablanca depuis une trentaine d’années.

Amine SAAD


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.