• ven 18 août 2017  02:23
Bled.ma

L'info sans frontières

Afrique du sud: baisse de la côte de popularité du président Zuma

Afrique du sud: baisse de la côte de popularité du président Zuma

26 novembre, 2015

[ - ] A [ + ]

 Empêtré dans un scandale de détournement de fonds et accusé d’inaction face à une crise économique qui s’enlise, le président sud-africain Jacob Zuma voit sa popularité se dégringoler davantage à l’approche d’un changement à la tête du Congrès National Africain (ANC) qu’il dirige.

Un sondage, réalisé par l’Afrobarometer dont les résultats ont été relayés jeudi par les médias sud-africains, montre que 66 pc des Sud-Africains en âge de voter ne font plus confiance à Zuma. Ces personnes interviewées soulignent que leur président ignore d’une manière systématique le parlement et la loi, selon l’Afrobarometer, un projet d’enquête et de recherche, non partisan, dirigé en Afrique, qui mesure les attitudes des citoyens sur la démocratie et la gouvernance, l’économie et la société civile. Zuma est soupçonné de détournement de fonds publics pour financer la rénovation de sa résidence privée à Nkandla. La côte de popularité du président Zuma a baissé de moitié durant les quatre dernières années, indique le centre, ajoutant que les Sud-Africains estiment qu’un contrôle strict doit être imposé aux pouvoirs présidentiels notamment par le biais du parlement. Par ailleurs, l’action du gouvernement sud-africain en particulier en matière de politique économique ne suscite pas, non plus, l’adhésion de l’opinion publique, selon le sondage, réalisé entre août et septembre dernier sur un échantillon représentatif de 2.400 votants sud-africains. L’étude montre que depuis 2011, le gouvernement a perdu plus de 10 pc de sa côte de confiance concernant la gestion économique. Le gouvernement sud-africain est accusé d’avoir laissé les problèmes économiques s’aggraver. Des chiffres officiels, publiés cette semaine, ont montré que ce pays le plus industrialisé d’Afrique a évité de justesse une récession au troisième trimestre de l’année en cours, réalisant un faible taux de croissance de 0,7 pc après un recul de -1,3 pc durant le deuxième trimestre. L’Afrobarometer a en outre montré que le chômage, qui affecte 25,5 pc de la population active du pays, demeure le problème le plus important pour le gouvernement sud-africain. Environ trois-quarts des Sud-Africains interrogés estiment que cette question doit figurer parmi les premières priorités des autorités de leur pays. Cependant, en dépit de cette situation peu confortable, l’ANC, qui préside aux destinées du pays depuis son émancipation du joug de l’apartheid en 1994, caracole toujours en tête des formations politiques du pays. Pas moins de 48 pc des Sud-Africains ont indiqué qu’ils voteraient pour un candidat de l’ANC si des élections présidentielles étaient organisées cette semaine. L’ANC dépasse de loin son poursuivant immédiat, en l’occurrence l’Alliance Démocratique qui bénéficie du soutien de 17 pc des Sud-Africains. La formation populiste de l’Economic Freedom Fighters, un mouvement dissident de l’ANC, vient au troisième rang avec 9 pc des intentions de vote. Le score de 48 réalisé par l’ANC représente, toutefois, une importante baisse de la popularité de la formation de Nelson Mandela, qui jouissait du soutien de 58 pc des Sud-Africains en 2005.

MAP


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *