• dim 24 septembre 2017  04:03
Bled.ma

L'info sans frontières

Amendis: La révolution des bougies se déplace à Paris

Amendis: La révolution des bougies se déplace à Paris

5 novembre, 2015

[ - ] A [ + ]

La grogne de la rue tangéroise contre Amendis prend une nouvelle dimension. Après Tanger où les habitants sont sortis par milliers réclamer le départ de la filiale de Véolia, un sit-in doit se tenir ce 7 novembre devant le siège de Véolia. Le collectif de soutien à la Révolution des bougies entend faire entendre la voix des Tangérois.

Le conflit est à son comble et s’internationalise. Le collectif de soutien à la Révolution des bougies, expression désormais utilisée pour qualifier la colère des tangérois descendus par milliers dans les rues pour protester contre la chèreté des prix factures par Amendis,  tiendra un sit-in ce 7 novembre à Paris devant le siège de Véolia, maison-mère d’Amendis. Ce collectif appelle à “la solidarité dans la lutte avec le peuple du Nord du Maroc dans son mouvement social”. « La lutte de Tanger et du Nord du Maroc n’est pas une lutte spécifique, sporadique, elle est celle d’une représentation du monde où prime le bien collectif face à une autre où rien ne compte plus que le profit de l’individu-roi bien-né et bien-pensant », explique le collectif. Le conflit prend une dimension internationale et le mouvement de protestation est relayé à Paris.
Le gouvernement marocain n’a pas réussi à apaiser la grogne de la rue tangéroise avec les mesures annoncées ce dernier week-end par Abdelilah Benkirane. La rue réclame le départ sans équivoque de Amendis, filiale de Véolia qui gère la distribution d’eau et d’électricité de la ville. Les factures perçues par les habitants sont exorbitantes. Elles ont atteint un tel niveau que les habitants sont sortis par milliers dans les rues pour protester contre cet état de fait et demander le départ de la société française. Le gouvernement s’est vu dans l’obligation d’intervenir pour tenter d’apaiser la gronde appelée “la révolution des bougies”. Sans succès. Parmi les décisions annoncées, prises dans le cadre de la Commission mandatée par le ministère de l’Intérieur, la plus importante a été la révision de toutes les factures domestiques émises par Amendis depuis le mois de juillet. Mais les habitants ne veulent rien entendre jugeant l’attitude de Amendis comme “la loi du plus fort sur le plus faible” don’t ils ne veulent plus.

Bled.ma


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *