• dim 25 juin 2017  14:06
Bled.ma

L'info sans frontières

CE QU’IL FAUT RETENIR DE LA PREMIERE INTERVIEW DE DONALD TRUMP

CE QU’IL FAUT RETENIR DE LA PREMIERE INTERVIEW DE DONALD TRUMP

14 novembre, 2016

[ - ] A [ + ]

Première interview de Donald Trump après son élection diffusée sur CBS. Voici ce qu’il fallait en retenir.

Donald Trump a donné sa première interview depuis son élection à la présidence des États-Unis le 9 novembre, difusée sur la chaîne CBS. Le président élu a détaillé dans cet entretien les premières mesures qu’il compte prendre au début de son mandat ainsi que la manière dont il souhaite exercer la fonction.

. Expulser 3 millions de clandestins

Bien entendu, la mesure ne concerne que certaines catégories de clandestins. Selon les propos de Trump, elle concerne les “criminels”, les personnes ayant des antécédents judiciaires, “qui appartiennent à des gangs, qui sont des trafiquants de drogue”. Après avoir modéré son discours sur plusieurs dossiers majeurs depuis sa victoire, le magnat de l’immobilier est ainsi brutalement revenu à la ligne dure de sa campagne.

• Construire un mur à la frontière mexicaine

Interrogé au sujet de la construction d’un mur le long de la frontière du Mexique, il a répondu oui, précisant que, dans certaines régions, on pourrait se contenter de “clôtures”. Mais, “dans certaines zones, un mur est plus approprié”.

• Abroger l’Obamacare

Il pourrait préserver certaines parties de la réforme de Barack Obama et non l’amender comme il avait déclaré lors de sa campagne électorale.

• Contre l’avortement et pro-armes à feu

Le président élu a affirmé vouloir nommer à la Cour suprême des juges antiavortement et favorables au port d’armes à feu. “Je suis prolife et les juges seront prolife”, a-t-il dit. “Ils vont être très favorables au Deuxième amendement” de la Constitution, qui fait de la détention d’armes un droit pour chaque citoyen américain.

• Donald Trump renoncera au salaire présidentiel

Élu sur l’idée d’un rejet des élites, le milliardaire a affirmé renoncer à la rémunération présidentielle qui s’élève à 400 000 dollars par an (370 000 euros).

Bled.ma


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.