• mar 24 octobre 2017  12:13
Bled.ma

L'info sans frontières

Cent jours après son arrivée au pouvoir, comment réagit le gouvernement tunisien ?

Cent jours après son arrivée au pouvoir, comment réagit le gouvernement tunisien ?

8 juin, 2015

[ - ] A [ + ]

Un couvre-feu a été décrété vendredi soir à Douz, après des violences entre habitants et forces de l’ordre sur fond de grogne sociale. Un peu plus tôt, c’est la découverte d’un puits de pétrole à Kebili, dans la même région, qui avait entrainé des violences. Une colère qui a également touché la région de Gafsa dans l’intérieur du pays ces derniers mois. Cent jours après son arrivée au pouvoir, comment réagit le gouvernement tunisien ?

Le gouvernement affiche sa fermeté. A Douz, un couvre-feu a donc été mis en place après des protestations d’habitants qui réclamaient des emplois et plus de développement dans la région. Aux routes bloquées et aux jets de pierres, les forces de l’ordre ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. Le Premier ministre Habib Essid assure que ces protestations sont inacceptables. Il appelle les populations locales à la patience avec cette formule devenue un leitmotiv depuis la révolution : « Nous n’avons pas de baguette magique. » Mais aucun discours ne semble suffire à apaiser les attentes frustrées des habitants des régions délaissées de l’intérieur du pays. Celle de Gafsa est régulièrement secouée par des protestations pour demander du travail, jusqu’à paralyser les sites d’extraction de phosphate, avec des conséquences lourdes pour l’économie. Le gouvernement avait cette fois fini par céder. Il a embauché 1 500 personnes, ce qui a permis la réouverture de la majorité des sites de production.

RFI


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *