• ven 22 septembre 2017  09:19
Bled.ma

L'info sans frontières

Ces grands chantiers qui ont métamorphosé les provinces du sud

Ces grands chantiers qui ont métamorphosé les provinces du sud

5 novembre, 2015

[ - ] A [ + ]

Depuis leur retour à la Mère-patrie à la faveur de la glorieuse Marche verte il y’ a 40 ans, les provinces du sud, qui avaient souffert de l’amenuisement sous l’occupation espagnole, ont entamé une nouvelle ère de prospérité et de développement grâce aux grands chantiers d’infrastructures et de valorisation du territoire.

L’anniversaire de la Marche Verte, un rendez-vous annuel au cours duquel le peuple marocain réitère son attachement à l’intégrité territoriale nationale, constitue également l’occasion de mettre en avant le développement notable du Sahara marocain à la faveur de l’effort d’investissement déployé par le Maroc notamment en matière d’infrastructures. La dynamique déclenchée par le Maroc au niveau de ces provinces, qui souffraient en 1975 d’un manque aigu d’infrastructures et d’équipements socio-économiques, avait pour objectif de promouvoir les conditions de vie des habitants via une stratégie de développement portant sur la création d’une infrastructure développée à travers la construction des routes, des ports, des projets de logement, la promotion du potentiel des secteurs agricole, touristique, des télécommunications et de la pêche maritime. Pour désenclaver les provinces du sud, l’Etat a investi dans le réseau routier à travers la construction et la rénovation de plus de 3.000 km de routes pour un investissement global de 3,5 milliards dirhams. Le réseau routier ne dépassait point les 70 km avant 1975. Dans cette dynamique, l’on retient aussi le projet de l’énergie éolienne à Tarfaya, le plus grand du genre en Afrique et qui constitue l’un des importants chantiers lancés par le Royaume pour le développement socio-économique et environnemental des provinces du sud. Selon les données de Nareva Holding, le projet qui a nécessité des investissements d’une valeur de 5 milliards de dirhams, produira à terme 301 mégawatts grâce à 131 éoliens. L’infrastructure portuaire a été consolidée par l’Etat en renforçant les équipements des ports de Laâyoune (Ville de Marsa), de Tarfaya et de Boujdour pour stimuler l’activité économique et l’investissement dans la région. Il a été procédé également à la réalisation d’une nouvelle plateforme portuaire à Boujdour, ayant nécessité 379 millions DH. Ce projet qui s’inscrit dans le cadre du plan Halieutis et le plan national de développement des activités de la pêche côtière, joue un rôle majeur dans l’accueil des bateaux et des embarcations et la promotion socio-économique de la région. Le port de Tarfaya a été également réaménagé de façon à lui permettre de s’ouvrir sur le commerce international de marchandises et de voyageurs avec les Iles canaries et de réhabiliter le secteur de la pêche traditionnelle et côtière. Les efforts de l’Etat ont porté, par ailleurs, les programmes de logement ayant permis de palier au déficit en la matière et d’éradiquer l’habitat insalubre. C’est ainsi que Laâyoune, Boujdour et Dakhla ont été déclarées villes sans bidonvilles. Le secteur de l’eau potable a bénéficié pour sa part d’un intérêt particulier. Les provinces du sud ont été dotées des infrastructures nécessaires dans ce secteur vital, notamment la réalisation de la station de dessalement des eaux de mer qui a permis de généraliser l’accès à l’eau potable (100 pc). Le raccordement des provinces du sud au réseau national de l’électricité a été également réalisé via une ligne à haute tension sur plusieurs centaines de km, outre l’apport des projets d’énergie renouvelable comme celui de Tarfaya. Nul doute que ces projets d’infrastructure réalisés au niveau des provinces du sud du Royaume seront renforcés par le modèle de développement promu par le Conseil économique, social et environnemental, qui a dévoilé certaines imperfections et apporté des alternatives réalistes et applicables pour améliorer davantage les conditions de vie des populations des provinces de sud.

Par Abdelmoughit Sbayeh

 


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *