• dim 19 novembre 2017  02:57
Bled.ma

L'info sans frontières

Cinéma – Algérie : les talents frustrés du 7e art

Cinéma – Algérie : les talents frustrés du 7e art

30 septembre, 2015

[ - ] A [ + ]

Focus sur une jeune génération de réalisateurs souvent sélectionnés et primés dans des festivals internationaux, mais bridés par l’absence d’industrie cinématographique nationale.

Ils s’appellent Hassen Ferhani, Karim Moussaoui, Abdelghani Raoui, Nazim Djemai, Amal Kateb, Lamine Ammar-Khodja, Nabil Djedouani, Bahia Bencheikh El Fegoun, Meriem Achour Bouakkaz, Amin Sidi-Boumédine, Yacine Benelhadj, Yasmine Chouikh, etc. Ils ont moins de quarante ans et ont choisi de prendre la caméra pour conter des histoires. Après des années à se débattre pour réaliser quelques courts-métrages, leurs œuvres se retrouvent à l’affiche de rendez-vous cinématographiques, les poussant à poursuivre leur carrière de cinéaste. « J’ai commencé à écrire dans les années 1996-1997, mais ce n’est que dix ans plus tard que j’ai sorti mon premier film, le Quotidien des automates», raconte le réalisateur Abdelghani Raoui, 35 ans, dont le dernier film Exterminator, mi court-métrage, mi-clip, a été présenté pour la première fois lors des 13e Rencontres cinématographiques de Béjaïa organisées du 5 au 11 septembre.

À force de patience et persévérance, le travail de cette nouvelle génération a été reconnu et récompensé. Dans ma tête un rond-point de Hassan Ferhani a ainsi reçu le premier prix du Festival international de cinéma de Marseille (FID), en juillet, Les Jours d’avant de Karim Moussaoui était nominé à la 40e cérémonie des Césars de février dernier et Demain, Alger ? d’Amin Sidi-Boumédiene remportait le FIFOG d’argent, en 2012, au Festival international du film oriental de Genève.

Des routes différentes vers la caméra
Dans un pays dépourvu d’école de cinéma et où les salles se sont réduites comme peau de chagrin, atteignant, en 2015, le nombre dérisoire d’une vingtaine pour 39 millions d’habitants, selon les chiffres du ministère de la Culture, le métier de réalisateur s’acquiert avant tout par la force de la volonté. Autodidacte, Abdelghani Raoui n’a suivi aucune formation. « Je suis venu au cinéma par la cinéphilie », témoigne-t-il entre deux projections aux Rencontres cinématographiques de Béjaïa (RCB) qui rassemblent chaque année un bon nombre de ces talentueux réalisateurs trentenaires. « À 12 ans, j’ai vu Taxi Driver par hasard et à partir de là, j’ai su que je voudrais faire des films. » À l’opposé, Lamine Ammar-Khodja – l’auteur de Demande à ton ombre (2012), cahier de retour au pays natal et du documentaire Bla cinima (« Sans cinéma ») présenté en avant-première algérienne aux RCB 2015 – a découvert le cinéma très tard. « Jusqu’à l’âge de 19 ans, je n’ai jamais fait le geste d’aller au cinéma et je ne pensais même pas que ça pouvait être un art », raconte le réalisateur de 32 ans qui s’est formé au cinéma en France, à Lussas.

Une machine à relancer
« Même si l’industrie du cinéma n’existe pratiquement plus en Algérie, il y a une vitalité cinéphile incroyable car les Algériens voient beaucoup de films, notamment grâce à Internet », souligne Samir Ardjoum, critique de cinéma qui tient le blog « Chroniques algériennes » sur Libération . Pour cet observateur de longue date de la scène cinématographique nationale, s’il est encore trop tôt pour parler de « renouvellement du cinéma algérien », ces jeunes réalisateurs représentent bel et bien un changement avec leur « nouveau regard sur l’Algérie contemporaine ». « Leur cinéma est filmé à la première personne et tutoie le spectateur à la différence du « cinéma nationaliste » où le spectateur subit les choses », analyse Samir Ardjoum. Cependant, en l’absence d’un réseau de distribution effectif et efficace, les réalisateurs peinent à sortir leurs films, ralentissant l’élan de création. « Tant qu’il n’y aura pas d’industrie, la réalisation restera très compliquée », pointe le critique de cinéma. Jusqu’à présent, quelques festivals et formations, tel que l’Atelier de création documentaire Béjaïa Doc animée par la réalisatrice Habiba Djahnine de 2007 à 2013, entretiennent les braises d’une production cinématographique. Mais pour que le feu prenne, le chantier de la restructuration de la distribution doit commencer. Rapidement !

Soraya Mehdi


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *