• mar 17 octobre 2017  21:40
Bled.ma

L'info sans frontières

Des féministes parlent de Zoulikha Nasri

Des féministes parlent de Zoulikha Nasri

16 décembre, 2015

[ - ] A [ + ]

C’est elle qui a réuni les associations féminines la veille de l’annonce d’un nouveau code de la famille au Maroc. C’est encore elle qui avait travaillé, toujours avec le mouvement associatif féminin, autour du plan d’intégration de la femme au développement. Zoulikha Nasri était, dit-on, proche des féministes. Qu’en pensent-elles ? Nous avons recueilli les témoignages de certaines d’entre elles.

 

«Une femme qui a soutenu les droits des femmes» : c’est par ces mots que Fouzia Assouli, Présidente de la Ligue Démocratique des Droits des Femmes (FLDDF) s’exprime à propos de Zoulikha Nasri, quelques heures après son décès. «Bien avant Said Essadi, elle a planché avec le mouvement associatif féminin sur le plan d’intégration de la femme au développement, suivi les préparatifs pour la participation des Marocaines à la marche de Pékin puis, surtout veillé sur la réforme de la moudawana», dira Assouli, «une femme connue et reconnue pour ses compétences et son dévouement pour l’égalité et le développement en général».

Le moment fort dans l’ensemble des déclarations restera la réforme de la moudawana. Nouzha Guessous, un des membres de la Commission Royale en charge de la réforme du code de la famille dit d’elle qu’elle est «indiscutablement une grande figure féminine marocaine». «J’aurais voulu néanmoins savoir plus sur elle, mieux la connaître». Car Zoulikha Nasri était d’une discrétion «hors pair », diront d’elles plusieurs personnes qui l’ont côtoyée au cours de sa carrière. Discrète, presque lointaine… Beaucoup savent très peu d’elle. «Elle a été très présente lors du processus de réforme de la moudawana », affirme Nouzha Guessous. C’est elle qui a réuni les représentantes de la société civile la veille du Discours Royal annonçant la grande réforme. Elle a certainement été un de ceux, faisant partie de l’entourage royal, à avoir suivi de près le dossier. Elle a dû aussi y jouer un rôle ». «C’est une femme riche en expériences».

Pour Khadija Errabbah, féministe de l’ADFM, Zoulikha Nasri était une « grande dame. D’abord de par sa fonction. Elle a montré aux femmes marocaines que l’on pouvait occuper des postes très importants et y durer ». Pour Errabbah, elle a également «beaucoup fait pour la femme marocaine et l’a toujours soutenu ».

C’est une grande figure qui s’en est allé.

Amale DAOUD

 

 


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *