• dim 24 septembre 2017  18:42
Bled.ma

L'info sans frontières

Election en Turquie : la stratégie Erdogan pour obtenir une majorité absolue

Election en Turquie : la stratégie Erdogan pour obtenir une majorité absolue

1 novembre, 2015

[ - ] A [ + ]

Ce dimanche 1er novembre se tiennent en Turquie les élections législatives anticipées, seulement quelques mois après les dernières élections à l’issue desquelles le parti de M. Erdogan n’avait pas obtenu la majorité absolue. Cette fois-ci, le Président conservateur turc semble prêt à tout pour remporter la partie.

L’élection législative de ce dimanche, la deuxième en cinq mois, se déroule dans un pays divisé et sous tension, entre la reprise du conflit kurde, la violence djihadiste venue de Syrie et la dérive autoritaire de son gouvernement. Seul au pouvoir depuis treize ans, le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan espère prendre sa revanche sur le scrutin du 7 juin, où son parti avait essuyé un revers retentissant en perdant la majorité absolue au Parlement.

L’AKP obligée de partager le pouvoir

Son Parti de la justice et du développement (AKP) était arrivé en tête avec 40,6% des suffrages mais n’avait raflé que 258 sièges de députés sur 550. Depuis, sans majorité absolue, l’AKP doit gouverner au sein d’une coalition. Et la situation pourrait ne pas évoluer: les sondages créditent cette fois l’AKP de 40 à 43% des intentions de vote, un score toujours insuffisant pour gouverner seul.

Deux chaînes de télévision d’opposition coupées

La tension monte aussi sur le plan de la liberté d’expression: cette semaine, à quatre jours du scrutin, la police a donné l’assaut sur deux chaîntes de télévision réputée « d’opposition », KanalTürk et Bugün TV, avant d’en prendre le contrôle. La Turquie est classée 149e pays sur 182 pour le respect de la liberté de la presse. Les manifestations qui ont eu lieu dans la foulée, d’abord menées par les salariés de la chaîne, puis par des citoyens revendiquant le droit à une information libre, ont été réprimée par les forces de l’ordre. Des véhicules blindés et des canons à eau ainsi que des gaz lacrymogène ont été employés. Plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées. De nombreux journalistes ont été menacés de poursuites judiciaires. Certains sont déjà condamnés, subissant jusqu’à sept ans de prison.

Vote de masse

Ce dimanche, dès l’ouverture des premiers bureaux de vote dans toute la moitié est du pays, les quelque 54 millions d’électeurs inscrits se sont déplacés en masse, avec l’espoir de mettre un terme à l’instabilité et à la violence qui règnent dans leur pays depuis l’été. «Il faut un changement pour que notre pays puisse reprendre son souffle. La Turquie est devenue ingouvernable», a souhaité Ibrahim Yener, 34 ans, qui a glissé son bulletin dans l’urne dès l’aube dans le district de Cankaya à Ankara, un fief de l’opposition. «L’AKP a transformé ce pays en champ de ruines», a renchéri Selim Ciftçi, un ingénieur de 55 ans, en faisant la queue devant le même bureau, installé dans un lycée récemment transformé en école religieuse.

Agences

 

 


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *