• sam 22 juillet 2017  05:55
Bled.ma

L'info sans frontières

FACE A TRUMP, IL N’EST PLUS PERMIS DE SE TROMPER !

FACE A TRUMP, IL N’EST PLUS PERMIS DE SE TROMPER !

10 novembre, 2016

[ - ] A [ + ]

Les Etats-Unis d’Amérique ne cesseront pas d’étonner une humanité plus que jamais déboussolée, livrée à une mondialisation tout à la fois dévastatrice et prometteuse. Pourtant, ce pays, au vu de la très longue marche de l’humanité, est d’une jeunesse historique quasiment insolente. Il n’est né juste hier, une certaine année 1776 ! Que valent, en effet, deux petits siècles et quatre ridicules décennies, aux yeux d’une longue histoire humaine qui vit naître dès le Xème millénaire avant J.C, par le biais des Sumériens et grâce à l’émergence de l’agriculture, les premiers attributs étatiques de l’Homme sur terre ?

Voilà donc une Amérique qui vient confondre la « bienpensance » universelle en portant à sa tête un novice politique, plutôt businessman et communicant que politicien et stratège ! Une star du reality show vient donc de s’emparer du pouvoir nucléaire apocalyptique de la nation la plus arrogante de l’après-seconde guerre mondiale ! Ce septuagénaire revanchard vient remplacer le premier président venu du « cercle des opprimés » noirs des USA !

Oui, les Yankees ne cessent d’étonner, y compris en cette ère postmoderne où la finance a fini par triompher des démocraties occidentales, obéissant aux éternuements du Marché-roi au détriment des citoyens.

Quid alors d’une Europe lamentablement vieillie, plus que jamais engluée dans ses décadentes certitudes du siècle dernier ?

Quid d’une Russie disposant de la plus grande superficie du monde, tenant donc mordicus à retrouver sa place autour de la table des goinfrades géostratégiques actuelles du Moyen-Orient et d’ailleurs, et retrouvant, grâce à Poutine, son âme slave de l’ère tsarienne ?

Quid d’une région Moyen-Orient-Afrique du Nord (MENA) plongée dans les bains de sang, le démantèlement des Etats, le non-destin et les injustices ?

Enfin, quid d’un Maroc aujourd’hui isolé dans son « insolente » stabilité au sein de sa galaxie maghrébine et arabe tourmentée, comme il était isolé naguère dans sa farouche indépendance de l’imperium ottoman ? C’est un Maroc qui doit aujourd’hui réviser drastiquement ses anciens états d’âme pro-clintoniens en retrouvant ses traditionnelles amitiés républicaines au sein de l’administration dorénavant trempienne et à l’intérieur du Congrès. C’est un Maroc qui doit, au plus vite, vendre une copie plus fédéraliste de sa proposition d’autonomie au Sahara. C’est un Maroc qui devra proposer, au sein même de l’Afrique qu’il a su gagner à ses ambitions économiques et géopolitiques, beaucoup d’opportunités de business triangulaire, aux investisseurs américains. C’est, enfin, un Maroc qui, plus que jamais, doit procéder à des révisions déchirantes de ses alliances au Golfe et au Moyen-Orient, face au couple de faucons que ne manqueront pas de constituer Benjamin Netanyahou et Donald Tremp.

Mais il y a une foultitude de bémols, sinon de voluptueux « mais » ! Quelle équipe gouvernementale opposer à cette donne américaine nouvelle ? Aura-t-on l’audace d’opter –enfin !- pour la règle du « business is business », en lieu et place de la vieille rengaine rassurante du « premier pays à avoir reconnu l’indépendance Etatsunienne » ? Quand comprendrons-nous que le train-train de la paresse francophile qui régit notre regard vers le monde doit laisser place à une audacieuse ouverture vers le monde anglo-saxon ?

Face à Trump, il n’est plus permis de se tromper !

Abdessamad Mouhieddine


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.