• ven 18 août 2017  17:27
Bled.ma

L'info sans frontières

Hollande, Merkel à chacun son style

Hollande, Merkel à chacun son style

13 juillet, 2015

[ - ] A [ + ]

La relation entre le socialiste français et la chrétienne-démocrate allemande s’est construite sur des visions différentes, voire divergentes, de l’économie en général et de l’Europe en particulier.
Pour Hollande, pas de doute, la Grèce doit rester dans la zone euro, pour des questions économiques, mais également géopolitiques. Si les sondages l’approuvent, les Français préfèrent néanmoins l’autorité dégagée par Merkel. Sur sa gauche, le président français est sommé de ne pas céder à l’Allemagne en soutenant jusqu’au bout Tsipras. A droite, les critiques pleuvent. Après lui avoir reproché son inaction ou son suivisme, l’opposition l’accuse de mettre en danger le couple franco-allemand. La donne est aussi compliquée pour Angela Merkel, son camp étant divisé. Malgré les apparences, la chancelière a tenté de jouer la carte de la conciliation avec Tsipras, en prenant le risque de se retrouver en contradiction avec de nombreux élus de son propre parti. A la CDU, certains, en effet, à l’image du ministre des Finances Wolfgang Schäuble, sont beaucoup plus durs, rejettent toute négociation sur la dette et penchent pour une sortie de la Grèce. Des sondages montrent également qu’une bonne partie de l’opinion est sur cette position. Quant au Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD), il est lui aussi en plein débat… « Merkel est consciente de l’enjeu historique, mais elle est sous pression », résume un ministre français. Elle est tiraillée entre Schäuble et Hollande, et entre son camp et les propos qu’elle avait tenus en mars dernier : « Si l’euro échoue, l’Europe échoue. » Depuis plusieurs jours, les médias allemands rappellent cette déclaration et la détournent en « si l’euro échoue, Merkel échoue ».Malgré leurs positions différentes, Hollande et Merkel font chacun des concessions pour ne pas fragiliser davantage le moteur franco-allemand. « C’est une préoccupation réciproque », assure le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Harlem Désir. Le dialogue n’a ainsi jamais été rompu entre Paris et Berlin, bien au contraire. « Ils s’appellent plusieurs fois dans la journée », explique un proche de Hollande. La France et l’Allemagne multiplient les initiatives communes : les deux dirigeants se sont entretenus plus d’une heure lundi dernier à l’Elysée et, hier encore, des réunions entre les ministres Michel Sapin et Wolfgang Schäuble mais aussi entre Hollande, Merkel et Tsipras ont eu lieu. C’est ensemble que, jusqu’au bout, Hollande et Merkel ont cherché un accord.

Bled.ma avec AFP


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *