• sam 19 août 2017  06:28
Bled.ma

L'info sans frontières

JOHN KERRY TENTE DE RASSURER A MARRAKECH

JOHN KERRY TENTE DE RASSURER A MARRAKECH

17 novembre, 2016

[ - ] A [ + ]

John Kerry a tenu, à Marrakech, à rassurer en ce qui concerne l’accord de Paris sur le climat.  Le secrétaire d’Etat américain a livré un vibrant plaidoyer pour la lutte contre les gaz à effet de serre.

John Kerry, le secrétaire d’État américain de l’administration sortante, a tiré sa révérence, lors de la conférence des Nations unies sur le climat à Marrakech (COP22). Il a eu droit à un véritable standing ovation.   Dans son long plaidoyer contre le réchauffement climatique, John Kerry a parlé de l’économie, la science et les sentiments, en parlant des générations futures et en personnalisant son propos en mentionnant la terre léguée à ses petits-enfants. Il a exhorté les gouvernants du monde entier, y compris ceux de son propre pays, à lutter contre les pluies diluviennes de plus en plus fréquentes, les ouragans ou la montée des eaux, à cause de la fonte des glaces. C’était là directement adresser  à Donald Trump une invitation à  «ne pas prendre de décisions par idéologie», au nom des milliards de personnes qui seront touchées par des choix hasardeux. Il visait bien sûr les propositions du président élu des États-Unis qui menace de dénoncer l’accord de Paris sur le climat.

Car le «temps n’est pas de notre côté», a précisé John Kerry.

Il a ainsi rappelé qu’il fallait, en priorité lutter contre le charbon, responsable «de 20 millions de nouveaux cas d’asthme en Inde chaque année» et «qui coûte aux contribuables déjà 55 milliards par an» uniquement aux États-Unis. Le charbon est utilisé pour «la production de 30% de l’énergie mais est responsable de 50% de la pollution de l’air». Il faut donc investir dans les technologies propres, «bonnes pour l’économie et la santé», ce qui est également souhaité par les 500 premiers groupes mondiaux.

Et John Kerry de marteler, en orateur hors pair, que c’est «une question de volonté pas de capacité», pour réduire à néant les émissions de gaz à effet de serre au milieu du siècle. Il n’y aura pas de seconde chance.

Bled.ma avec AFP


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.