• mar 17 octobre 2017  06:57
Bled.ma

L'info sans frontières

JORDANIE: LE RETOUR DES FRÈRES MUSULMANS AU PARLEMENT ATTENDU

JORDANIE: LE RETOUR DES FRÈRES MUSULMANS AU PARLEMENT ATTENDU

20 septembre, 2016

[ - ] A [ + ]

Les Jordaniens renouvellent leur Parlement ce mardi. Un scrutin dont le principal enjeu est le retour annoncé du parti islamiste comme principale force d’opposition.

Pas moins de 1 250 candidats sur 226 listes se présentent pour occuper les 130 sièges du Parlement jordanien. Malgré la pléthore de candidats et de forces politiques, seule la participation des Frères musulmans, qui avaient boycotté les deux précédents scrutins en 2010 et 2013, suscite de l’intérêt, notamment parmi les observateurs étrangers. La confrérie fait son retour dans le jeu politique jordanien. Le test de popularité du mouvement intéresse au-delà du Royaume. Après une décennie de relations tendues avec le pouvoir et une interdiction formelle en tant qu’association, le parti islamiste pourrait animer l’opposition au Parlement. Il présente 120 candidats et pourrait gagner une vingtaine de sièges constituant le seul groupe d’opposition significatif. Il réclame notamment une réforme de la Constitution permettant la formation d’un gouvernement issu du Parlement alors que le roi reste libre de choisir son Premier ministre quels que soient les résultats des élections.

Les Frères musulmans sont très actifs sur le terrain. Comme tous les autres partis, ils appellent les électeurs, surtout les sceptiques à participer au scrutin. Ils ciblent particulièrement les jeunes dans un pays où deux tiers de la population a moins de 30 ans et où le chômage touche 30% d’entre eux. Un sondage publié dimanche, à 48 heures du scrutin, indiquait que 47% des jeunes seulement comptaient se rendre aux urnes, tandis que plus de la moitié ne déchiffrait même pas les programmes des candidats, ni les différences entre eux. Un nouveau mouvement de jeunes démocrates s’est toutefois mobilisé pour encourager la participation au scrutin et rejeter le boycott préféré par la majorité. «Shaghaf» («passion») veut activer une démocratie parlementaire moderne en Jordanie en organisant notamment des débats entre les différents candidats.

Bled.ma avec AFP


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.