• lun 18 décembre 2017  22:15
Bled.ma

L'info sans frontières

L’Algérie est parmi les pires pays au monde pour son environnement des affaires

L’Algérie est parmi les pires pays au monde pour son environnement des affaires

29 octobre, 2015

[ - ] A [ + ]

L’Algérie se classe 163e en termes de qualité de l’environnement des affaires, selon le dernier rapport Doing Business 2016 (DB16) de la Banque Mondiale (BM). L’institution internationale a étudié 189 économies à travers le monde, ce qui fait de l’Algérie l’un des pires pays au monde pour faire des affaires.

Pour établir sa comparaison, la Banque Mondiale prend en compte 11 paramètres, des procédures de création d’une entreprise jusqu’à la législation du marché du travail (celle-ci n’est pas prise en compte pour le classement), en passant par l’accès au financement, la pression fiscale ou l’accès au foncier et à l’énergie. Avec l’introduction de deux nouvelles données pour le classement et la modification de la méthodologie pour certains des paramètres, l’Algérie perd 2 places par rapport à 2015. Au-delà du constat, la Banque Mondiale émet un certain nombre de préconisations en vue d’améliorer le climat des affaires. Pour établir sa comparaison, la Banque Mondiale prend en compte 11 paramètres, des procédures de création d’une entreprise jusqu’à la législation du marché du travail (celle-ci n’est pas prise en compte pour le classement), en passant par l’accès au financement, la pression fiscale ou l’accès au foncier et à l’énergie. Avec l’introduction de deux nouvelles données pour le classement et la modification de la méthodologie pour certains des paramètres, l’Algérie perd 2 places par rapport à 2015.  Paradoxalement, la Tunisie et le Maroc unisiens  qui, contrairement à l’Algérie (130e), dépendent de l’étranger pour leur approvisionnement en énergie, sont nettement mieux lotis avec 38e et 55e places respectivement, toujours selon les donnes de la BM. En termes d’accès à l’information sur le financement (crédit), l’Algérie fait figure de cancre : 174e sur 189 économies étudiées par la BM. Le pays se voit attribuer un 0 pointé (sur 12) pour l’accès à l’information sur le crédit et un 2 (sur 8) pour la « force de l’index des droits » pour les créanciers et les emprunteurs, indique la Banque Mondiale.

Agences


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *