• mar 17 octobre 2017  21:33
Bled.ma

L'info sans frontières

Le Front National battu dans toutes les régions de France

Le Front National battu dans toutes les régions de France

14 décembre, 2015

[ - ] A [ + ]

Le parti d’extrême droite Front national (FN), a été battu dans toutes les régions françaises, lors du second tour des élections régionales, qui s’est déroulé ce dimanche.

Après la frayeur du premier tour, les listes de la coalition droite-centre et celles de la gauche sont parvenues, dimanche en second tour, à endiguer, grâce à la mobilisation de l’électorat, la montée du parti d’extrême droite, Front National, pour la gouvernance des régions.Arrivé en tête dans six régions, lors du premier tour de ce scrutin, dimanche dernier, le FN a échoué à gagner la moindre région en France, grâce à la consigne de vote donnée par la gauche en faveur de la coalition de la droite pour faire barrage au parti de l’extrême droite.Selon les résultats non définitifs, les listes de la coalition droite-centre (LR-UDI-Modem) arrivent en tête dans sept régions alors que les listes de la gauche composée du Parti socialiste, des écologistes et autres composantes de gauche, vont gouverner dans cinq régions. En Corse, treizième région, c’est une liste nationaliste qui est arrivée en tête.L’électorat a été déterminant dans ces résultats, où le taux de participation a atteint selon les estimations 57,5 à 59 % au second tour contre 49 % au premier tour dimanche dernier.Marine Le Pen : « Le FN, première force d’opposition »Quoique battu durant le second tout, le FN ne s’avoue pas vaincu. Sa présidente, Marine Le Pen, qui a pris acte des résultats du scrutin, a clamé que son parti est désormais la première force politique d’opposition. »Par rapport aux dernières élections régionales en 2010, nos listes passent de 9,19 % à 30 %, confirmant la montée inexorable, élection après élection, du courant national dépassant même le nombre de suffrages réunis en 2012, a-t-elle dit.Pour sa part, le patron du parti « Les républicains » (LR) Nicolas Sarkozy a remercié les « millions d’électeurs » mobilisés en faveur de la coalition LR avec les centriste de l’UDI et du Modem, en soulignant que cette mobilisation « ne doit cependant sous aucun prétexte faire oublier les avertissements qui ont été adressés à tous les responsables politiques, nous compris, lors du premier tour ».L’autre leader des LR, Alain Juppé a estimé que la mobilisation de l’électorat durant le second tour était « un signe de bonne santé de notre démocratie », en appelant à « changer radicalement de cap » pour une autre politique économique, fiscale, pénale, de sécurité, d’immigration et de la santé.De son côté, Le Premier ministre socialiste, Manuel Valls, qui s’est refusé de tout triomphalisme, s’est félicité que l’extrême droite n’obtienne aucune région au second tour. Valls a, néanmoins souligné que le danger de l’extrême droite n’est pas écarté. »A celles et ceux qui ont choisi de faire barrage à l’extrême droite, mais aussi à celles et ceux qui ont choisi de ne pas voter car ils n’y croient plus, nous devons apporter la preuve que la politique ne reprend pas comme avant, montrer que nous sommes capables, en particulier à gauche, de redonner envie de voter pour, plutôt que de voter uniquement contre », a-t-il affirmé.

Bled.ma avec AFP


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *