• ven 20 octobre 2017  13:21
Bled.ma

L'info sans frontières

Le journaliste Ali Lamrabet interdit de certificat de résidence au Maroc

Le journaliste Ali Lamrabet interdit de certificat de résidence au Maroc

22 juin, 2015

[ - ] A [ + ]

Ali Lamrabet recherche désespérément son certificat de résidence au Maroc. Le journaliste qui n’en est pas à ses premiers déboires avec l’Administration marocaine s’est vu retirer un certificat de résidence délivré la veille. Aujourd’hui, à quelques jours de l’expiration de son passeport, le journaliste s’en remet à Genève, aux instances internationales de droits de l’homme.

 Lancer à nouveau son titre de presse Demain, à partir du Maroc: le rêve de Ali Lamrabet deviendra-t-il réalité ? Le journaliste affirmait être sur le point de lancer son titre, les locaux étant loués et l’équipe toute trouvée. Mais c’était compter sans les tracas administratifs, et pas des moindres, qui allaient suivre.
Après lui avoir délivré un certificat de résidence à Tétouan, le commissaire de police lui retire en lui expliquant qu’il «n’habitait plus là». Ce papier est indispensable pour pouvoir travailler et renouveler son passeport dont la date d’expiration arrive le 24 juin. De quel recours le journaliste dispose-t-il ?Lamrabet n’en est pas à ses premiers déboires. Son titre, Demain, était en 2000 le premier journal satirique au Maroc. Il vendait 30.000 exemplaires chaque semaine. La version arabophone, Doumane, cartonnait autant si ce n’est plus. A l’époque, le journal avait été interdit et son fondateur mis en prison. Lamrabet avait été interdit d’exercer son métier pendant 10 ans. Aujourd’hui, Ali Lamrabet s’en est remis au Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève.

Bled.ma


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *