• mer 18 octobre 2017  17:33
Bled.ma

L'info sans frontières

Le Maroc consolide son rôle de bridge-builder au CDH

Le Maroc consolide son rôle de bridge-builder au CDH

6 juillet, 2015

[ - ] A [ + ]

Le Maroc a consolidé son rôle de bridge-builder et de lanceur d’initiatives au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU en dépit d’un contexte de forte polarisation, a souligné lundi Mohamed Aujjar.
Dans une déclaration à la MAP à l’issue de la 29ème session du CDH, l’ambassadeur représentant permanent du Royaume à Genève, Mohamed Aujjar, a indiqué que la délégation marocaine a totalisé 46 initiatives depuis la création de cette institution onusienne, devant des pays comme le Mexique et la Thaïlande.Le Royaume, a-t-il dit, a choisi d’opérer un changement stratégique pour se focaliser sur trois priorités thématiques : la lutte contre la corruption et son impact sur les droits humains, la question de la migration et la protection des droits de l’Homme dans la lutte contre le terrorisme.Cette contribution remarquable a été couronnée par l’adoption, par consensus, d’un projet de résolution présenté par le Maroc au sujet de l’impact négatif de la corruption sur la jouissance des droits de l’Homme, une thématique introduite dans les travaux du Conseil à l’initiative du Royaume et un groupe de pays dont l’Autriche, a expliqué l’ambassadeur.M. Aujjar a affirmé dans ce cadre que la délégation marocaine continue de mettre en valeur la dynamique de réformes et l’engagement du Royaume en faveur de la promotion et la protection des droits humains sur l’ensemble de son territoire. « Notre coopération avec les mécanismes des droits de l’Homme de l’ONU, notamment l’Examen périodique universel (EPU) et les procédures spéciales, a gagné en qualité et en densité « , a-t-il poursuivi.Prié de s’exprimer sur les allégations du journaliste Ali Lmrabet, en grève de la faim à Genève, l’ambassadeur a assuré qu’il n’y a aucune décision judiciaire ou administrative le privant de ses papiers d’identité. « Le problème est un simple litige purement administratif, l’autorité locale compétente ayant estimé que M. Lmrabet ne remplit pas les conditions requises en vertu de la loi pour l’obtention d’un certificat de résidence », a expliqué M. Aujjar. »Il a parfaitement la possibilité d’user de toutes les procédures et voies de recours judiciaire comme tout autre citoyen », a-t-il précisé, relevant que les tribunaux administratifs traitent de milliers de litiges et de contentieux entre citoyens et administration.L’ambassadeur s’est demandé « pourquoi M. Lmrabet n’a pas jugé utile d’user de ces moyens de recours pour trancher ce genre de contentieux et a choisi de transformer ce simple litige ordinaire en une campagne politico-médiatique contre son pays, en se faisant aider par les adversaires du Maroc ».

MAP


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *