• mar 12 décembre 2017  04:23
Bled.ma

L'info sans frontières

LE PEUPLE ALGERIEN OTAGE DES « CHASSEURS DE PRIMES »

LE PEUPLE ALGERIEN OTAGE DES « CHASSEURS DE PRIMES »

10 juillet, 2016

[ - ] A [ + ]

Ce qui se passe actuellement en Algérie est dramatiquement lamentable. Au sommet de l’Etat, à couteaux tirés, on règle les comptes et chaque clan prépare sa stratégie de conquête du pouvoir. Ceux qui se sont suffisamment goinfrés comme ceux qui aspirent à faire de même. Parmi tout ce monde, plus aucune voix authentiquement et honorablement patriotique n’est audible, voire disponible, tant les leaders dignes de confiance furent soit corrompus, soit marginalisés, soit tout simplement liquidés.

Le clanisme et le népotisme règne au sein de l’entourage familial et immédiat d’un président qui semble totalement dépourvu de ses capacités physiques et vraisemblablement mentales. Dûment confiné dans un sévère « containment » par son frère Saïd et Ahmed Caïd Salah, le patron de l’armée, il pratique sous la malfaisante influence de ces deux « chasseurs de primes » un véritable sprint réglementaire et législatif en multipliant les décrets éradicateurs tous azimuts. Après Mohamed Lamine Mediène dit Toufik, ancien patron du DRS, qui fut congédié l’année dernière après vingt-cinq ans d’affreux et loyaux services, c’est au tour de Khalid Nezzar, l’« ingénieur en chef » de la décennie noire et ex-ministre de la défense qui était en autres –retour de bâton proprement kafkaïen !- le créateur du…DRS !

Le juge d’instruction Rachid Allane, qui officie au niveau du tribunal Sidi M’hamed à Alger, vient de recevoir des instructions fermes de la part du ministère de la Justice pour déclencher de toute urgence une procédure judiciaire privative de liberté dès que Nezzar, célèbre pour ses sorties médiatiques anti-boutef, s’amuse à rouvrir la bouche ! La loi sur le devoir de réserve des militaires n’a-t-elle pas été promulguée il y a moins d’un mois pratiquement à son encontre ? Son fils, Lotfi, entrepreneur dans le secteur des télécoms, subit crescendo un sabotage soutenu de ses affaires.

En attendant, la jeunesse algérienne plonge de plus en plus dans le non-destin et la désespérance. Le pays tout entier est suspendu à une agonie qui n’en finit pas.

Tout cela me fait personnellement mal. Très mal. Le peuple frère d’Algérie ne mérite pas cette situation où le tragique et le burlesque se sont donné rendez-vous. J’ai pour ce peuple meurtri une affection profonde, parce que je l’ai fréquenté autant chez lui qu’à la faveur de ma longue vie en France. Décidément, à l’instar des individus, certains peuples connaissent des périodes plus ou moins longues de poisse ! Puisse l’Histoire limiter les dégâts !

Par Abdessamad MOUHIEDDINE


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.