• mer 23 août 2017  01:27
Bled.ma

L'info sans frontières

L’équipe de « Charlie Hebdo » fête son nouveau statut d’entreprise solidaire

L’équipe de « Charlie Hebdo » fête son nouveau statut d’entreprise solidaire

23 juillet, 2015

[ - ] A [ + ]

Charlie Hebdo  devient le premier journal à adopter le nouveau statut d’« entreprise solidaire de presse », qui impose de réinvestir dans l’entreprise au moins 70 % des bénéfices annuels. La création de ce statut vient compléter le récent « amendement Charb », qui permet à tout citoyen de bénéficier d’une réduction d’impôts pour un investissement dans un titre de presse, jusqu’à 2 000 euros.

Pour l’équipe de Charlie, l’adoption de ce statut vient apaiser une situation marquée ces derniers mois par des tensions autour de la gouvernance du journal. Cela « devrait rassurer certains collaborateurs sur l’utilisation des fonds et des dividendes », a déclaré Riss, principal actionnaire et directeur de la publication. Les dissensions étaient apparues publiquement en mars, quand une partie de l’équipe reprochait à la direction son manque de transparence et plaidait pour une « refondation » du titre, sous forme de coopérative. Ceux-ci n’ont pas eu gain de cause.

Emblême d’un nouveau financement de la presse

Adopté cet hiver, cet amendement a été l’aboutissement d’un combat mené par le défunt directeur de la publication. Avec le fonds Presse et pluralisme, qui permet de faire des dons défiscalisés, et la réforme des aides à la presse, élargissant les aides aux journaux à faibles ressources publicitaires aux périodiques autres que les quotidiens, ces mesures composent un ensemble pensé pour conforter les titres les plus fragiles, et donc le pluralisme.

Seuls les collaborateurs pourront détenir des actions
Le statut d’«entreprise solidaire de presse» a été créé par une loi du 17 avril, dans le sillage de l’attaque jihadiste du 7 janvier qui a décimé la rédaction. Depuis, l’hebdomadaire est devenu un symbole mondial de la liberté d’expression. Le nouveau statut interdira par ailleurs toute prise de participations par un tiers : seuls les collaborateurs de Charlie Hebdo pourront détenir des actions.
Le journal est actuellement détenu à 70% par Riss et 30% par le directeur financier Eric Portheault, qui ont ensemble racheté les 40% que détenait la famille de Charb, assassiné le 7 janvier en même temps que les dessinateurs Cabu, Wolinski, Honoré, Tignous et l’économiste Bernard Maris.

Bled.ma avec AFP


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *