• jeu 23 novembre 2017  23:51
Bled.ma

L'info sans frontières

LES BANQUES ISLAMIQUES MAROCAINES SE CHERCHENT EN COMMUNICATION

LES BANQUES ISLAMIQUES MAROCAINES SE CHERCHENT EN COMMUNICATION

12 février, 2016

[ - ] A [ + ]

Comment communiquer envers le citoyen marocain pour le convaincre à choisir un produit de la finance participative? Les banques marocaines, qui devraient démarrer leur activité dans quelques mois au plus, réfléchissent ensemble. Réseaux sociaux ? Communication digitale, audiovisuelle ou presse écrite ? Se limiteront-elles à dupliquer les modèles moyen-orientaux ? Pas si sûr.

Les responsables des task force marketing des différentes banques islamiques de la place réfléchissent sur les modes de communication et les approches client à adopter en finance participative. Le sujet est particulièrement délicat. «La finance participative fera pour la première fois son apparition sur le marché marocain », dira un expert lors de la rencontre organisée par le cabinet Amaali jeudi 11 février à Casablanca. Première fois ? Pas si sûr. Dar Assafa du groupe AWB existe depuis longtemps déjà. Mais elle est loin d’avoir réalisé des résultats performants.
Dès « septembre au plus tard », le secteur bancaire marocain s’enrichira de filiales spécialisées en finance participative. CIH, BCP, BMCE Bank, AWB,.. créeront leurs filiales. D’ores et déjà les questions se posent : le citoyen marocain, peu habitué à ces produits, se ruera-t-il vers ces banques ? Quelle attitude adopter ? En matière de communication, le sujet est particulièrement délicat. «En Arabie Saoudite, les réseaux sociaux restent le principal moyen de communiquer et il est très efficace », expliquera un  expert. Le Maroc est-il aussi mûr en la matière ? Les responsables des différentes entités ne sont pas sûrs. Si les réseaux sociaux restent un bon moyen de communication, ils sont aussi un espace incontrôlable. «Avoir beaucoup de visiteurs ne signifie pas que vous avez des visiteurs actifs », déclarera un marketeur. D’où la nécessité de réfléchir sur les meilleurs outils. Twitter, par exemple, a très bien marché en Arabie Saoudite. Ce n’est pas le cas pour le Maroc où il a enregistré un flop total. Au Moyen-Orient et en Asie, Facebook est le principal média de communication pour les banques islamiques. 64% d’entre elles en font leur mode de communication favori, suivi de Youtube pour 61% d’entre elles. Le Maroc en fera-t-il de même ? La réflexion est en cours.

Bled.ma


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *