• ven 23 juin 2017  05:20
Bled.ma

L'info sans frontières

LES CASABLANCAIS REDÉCOUVRIRONT L’HAY, LE TEMPS D’UN FESTIVAL

LES CASABLANCAIS REDÉCOUVRIRONT L’HAY, LE TEMPS D’UN FESTIVAL

28 octobre, 2016

[ - ] A [ + ]

Du 27 au 29 octobre, un festival « populaire » qui, entre trois jours de rencontre, sport et musique, permettra aux Bidaouis de se réapproprier leur Hay Mohammadi.

L’Hay Bel Fenn, un nouveau-né si attendu, qui fera souffler un vent frais sur le paysage festivalier. Et de fraicheur, il est grand besoin par ces temps d’automne. Après que L’boulevard fut repassé aux calendes grecques (pour éviter « Annulé »), les casablancais se trouvèrent frustré. Enlaidie par la furie bétonnante, Casablanca n’a plus aucune blancheur. Porté par la désolation ambiante, on court sur les pavés, vers le lieu de son travail, vers son domicile, ou vers un café ou un bistrot, dans l’espoir de se soustraire, s’y enfermer loin du vacarme, à l’abri des odeurs pestilentielles. Cependant avec L’Hay Bel Fenn, se produira un nouveau souffle qui ranimera la vie et chavirera le cœur de chaque casablancais. Par une programmation rigoureuse et innovante, L’Hay Bel Fenn compte se faire une place dans le rang des festivals majeurs du pays. Croisant débat, musique et sport, le festival affiche, en trois jours, une dizaine de propositions. Le tout porté par une réflexion sur L’Hay : créant un lien entre générations anciennes, gardiennes de la mémoire du Hay et jeunes en quête d’identité. L’Hay Bel Fenn veut porter un vrai regard sur le quartier qu’il abritera. Par ailleurs, au travers de cet événement, c’est bel et bien la métropole casablancaise qui est mise en lumière. Une programmation raffinée, dans laquelle on aura l’embarras de choix entre : débats autour « comment on était ? », « que sommes-nous devenus ? » et puis « L’Hay, toute une histoire » ; l’exposition « Fi Dakirat l’Hay » ; Master-classes musique et street-arts et tant d’autres activités à découvrir. D’autre part, ces spectacles seront courus, toutes générations confondues, les jeunes qui viendront entendre les interventions de Lahcen Zinoune, Hamid Zoughi, Mohamed Miftah, Khansaa Batma, Barry, Youssef chhidli et l’historien Najib Taki, succomberont le lendemain au charme de Mc Zanzan, khansaa Batma, Abderrahim Askouri, Hamid El Kasri et Karim Ziad. De même que les plus âgés découvriront, non sans surprise agréable, la musique juvénile de Rock But et Hoba Hoba Spirit. Anciens Abattoirs, Complexe Culturel Hay Mohammadi et Théâtre Hay Mohammadi, un choix délibéré de trois lieux inédits. Le festival invite les casablancais à redécouvrir leur Hay, l’investir et se le réapproprier. Il est temps de rappeler aux casablancais que leur Hay Mohammadi est foncièrement ouvert par nature à l’échange et au partage.

Reda Houdaifa


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.