• jeu 17 août 2017  12:23
Bled.ma

L'info sans frontières

Les mensonges de la dénommée Takbar Haddi

Les mensonges de la dénommée Takbar Haddi

1 juillet, 2015

[ - ] A [ + ]

Un journal espagnol met à nu les mensonges de la dénommée Takbar Haddi et l’instrumentalisation politique du décès de son fils le 8 février dernier suite à une rixe avec ses voisins à Laâyoune.
La dénommée Takbar Haddi, qui est manipulée par le polisario et l’Algérie, veut transformer le décès de son fils, Mohamed Lamine Haidalla, en une « affaire politique (…) pour donner l’impression que les droits de l’homme sont violés au Sahara « , souligne dans un article le quotidien canarien La Provincia, notant que ce n’est pas la première fois que le polisario tente d’instrumentaliser politiquement une affaire normale.Haidala avait succombé à ses blessures dans un hôpital d’Agadir suite à une bagarre avec des voisins à Laâyoune, rappelle-t-on.A travers ses manoeuvres à Laâyoune et à Las Palmas, la famille du défunt, notamment sa mère et son frère, cherche à faire de ce jeune de 21 ans, qui avait été condamné à plusieurs reprises à des peines de prison, un supposé « martyr pour la liberté « , fait observer le journaliste Manuel Vidal qui a recueilli des témoignages dans la ville marocaine de Laâyoune auprès de plusieurs personnes dont des commerçants victimes des actes de cet individu et qui attestent que ce dernier était connu pour être un délinquant qui montrait une attitude agressive.Après avoir rappelé que ce jeune a été abandonné par sa mère depuis 2004, le journal canarien indique que Mohamed Lamine « n’avait pas de convictions politiques » et avait été arrêté par la police dix fois depuis le 15 mars 2012 pour trafic et consommation de drogues, ivresse, destruction des biens publics, agression avec arme blanche et violence.Dans le même contexte, La Provincia rapporte la position de la tribu Laaroussiyine qui a affirmé que la dénommée Takbar Haddi avait quitté le Maroc en 2004 pour s’installer aux Iles Canaries et que cette mère, qui prétend défendre les droits de son fils, n’a jamais cherché à avoir de ses nouvelles pendant 10 ans, après s’être mariée avec un autre homme dans l’archipel canarien.Par ailleurs, la publication révèle que le polisario a subi dernièrement de sérieux revers suite à la publication par l’Office européen anti-fraude (OLAF) d’un rapport selon lequel l’Algérie et le polisario procèdent depuis des années au détournement d’une grande partie de l’aide humanitaire internationale destinée aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf, ainsi que la non inclusion par le Conseil de sécurité dans sa dernière résolution du principe de la surveillance des droits de l’homme au Sahara.

MAP


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *