• mer 18 octobre 2017  17:34
Bled.ma

L'info sans frontières

Liberté de la presse au Maroc : Le rapport de Mustapha El Khalfi dénonce les inexactitudes des instances internationales

Liberté de la presse au Maroc : Le rapport de Mustapha El Khalfi dénonce les inexactitudes des instances internationales

3 mars, 2014

[ - ] A [ + ]

C’est un rapport plutôt positif sur la liberté de la presse que le ministre de la communication, Mustapha El Khalfi, a présenté à la presse, lundi 3 mars 2O14. Les conclusions sont bien différentes de celles des instances internationales. Pour le ministre, il s’agit d’un « manque de connaissance du terrain ».

«Les instances et organisations internationales qui éditent des rapports sur la liberté de la presse au Maroc ont souvent des données erronées et des statistiques infondées » : c’est ainsi que le ministre marocain de la communication, Mustapha Rel Khalfi, justifie les écarts d’interprétation qui existent entre les rapports de ces instances et celui présenté par le ministre lui-même, c’est-à-dire le rapport officiel. Pour El Khalfi, le Maroc n’a connu aucune régression en la matière au cours de l’année écoulée. « L’année 2013 n’a connu la saisie d’aucune publication nationale », soutient le ministre marocain de la Communication. Le secteur de la presse électronique a lui aussi été épargné par ce type de pratique. Seul le directeur de Lakome avait été incarcéré mais « sous le joug de la loi antiterroriste », explique Mustapha El Khalfi, une façon de dire qu’il ne s’agit nullement de liberté de la presse mais de sécurité de l’Etat. « L’année 2013 n’a connu aucun jugement à une peine d’emprisonnement, ni à des amendes importantes à l’encontre de journalistes et aucun journal n’a été saisi », rappelle le ministre.
Beaucoup de projets devraient enfin connaître le bout du tunnel très bientôt. Du moins à en croire les propos du ministre.
C’est le cas du code de la presse qui devrait être soumis à discussion lors de la prochaine session parlementaire.
C’est le cas aussi du Conseil national de la presse qui devrait également être créé avant fin mars.
Ca devrait être le cas aussi du projet d’organisation de la presse électronique en discussion depuis de longs mois déjà.
Len ministre n’aura toutefois pas répondu à des questions très importantes comme le système des subventions qui, selon plusieurs acteurs de la presse, « est fait pour avantager certaines entreprises seulement » ou encore la délivrance des cartes de presse.030


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *