• dim 22 octobre 2017  07:08
Bled.ma

L'info sans frontières

MALIKA AYANE, LA VOIX MAROCAINE DE LA CHANSON ITALIENNE

MALIKA AYANE, LA VOIX MAROCAINE DE LA CHANSON ITALIENNE

7 mars, 2016

[ - ] A [ + ]

Dans un monde aussi fermé que celui de la chanson et de la musique italiennes, il n’est pas du tout aisé de se frayer un chemin et se faire un nom. Certes, le talent pourrait être d’un grand apport, mais à défaut d’une stratégie et de la persévérance pour réaliser leurs desseins nombre d’artistes ont fini dans les oubliettes dès les premières apparitions.

 

 

images-1

Du talent, la chanteuse italo-marocaine Malika Ayane, en a à revendre. Ses prestations sur scène ne finissent pas de lui valoir les éloges des critiques et des médiaux transalpins. Mais, ce qui frappe le plus chez cette infatigable artiste en quête permanente de perfection, est surtout sa farouche détermination de se hisser au plus haut niveau grâce à un talent inné peaufiné au fil des ans, et une connaissance parfaite de la musique et de son monde. Née en 1984 à Milan d’un père marocain et d’une mère italienne, Malika estime que sa carrière d’artiste ne se réduit pas à produire des CD et se faire apprécier du public, mais elle est artistiquement pleine dans le sens où elle participe à de grands shows dans de très grandes salles, sur les plateaux télé et se déplace entre les grandes villes du monde de Rome, à Paris en passant par Londres et New York. Après une formation musicale à l’Académie Milanaise « Giuseppe Verdi », où elle avait étudié le violoncelle de 1995 à 2001, Malika a remarquablement réussi à se faire connaître dans les milieux artistiques. Sa participation à différentes éditions du célèbre festival italien ‘’Sanremo’’, dont la dernière remonte à 2015 avec une chanson devenue très populaire en Italie « Senza fare sul serio », lui ont ouvert les portes de la célébrité à l’échelle nationale mais également internationale. Désormais, ses concerts font toujours le plein.‘’Je voulais tout simplement réaliser mon rêve de devenir chanteuse. J’ai commencé la musique à l’âge de 10 ans au conservatoire à Milan « , a-t-elle dit, évoquant ses débuts sur scène, après avoir fait pendant des années partie du Treble Voice Choir du célèbre théâtre de la Scala Milan et chanté en solo à de nombreuses occasions.En 2007, Malika rencontre Caterina Caselli (du label et éditeur Sugar Music, l’un des plus gros indépendants d’Italie, producteurs du célèbre ténor italien Andrea Bocelli) qui est instantanément séduite par le potentiel artistique, la fraîcheur et la vivacité de l’artiste marocaine.Malika commence rapidement à travailler sur son premier album, « Malika Ayane » qui parait à l’automne 2008. Produit par Caterina Caselli Sugar, Malika est entourée par une pléiade de collaborateurs prestigieux dont le plus célèbre chanteur italien, Paolo Conte. ‘’Soulwaver’’ le single qui précède la sortie de l’album devient rapidement un hit radio, bientôt suivi par « Feeling Better’’.

 

 

La chanson, un hymne anti- morosité des plus réjouissants reste plus de 4 mois dans les charts italiens, un record pour une nouvelle artiste, confirmant la popularité de Malika et les critiques élogieuses reçues de toutes parts. Sa chanson inédite « Come Foglie », interprétée il y a quelques années à Sanremo Song Festival a été classée quelques semaines plus tard N 1 des charts radios, de l’airplay TV et du top ITUNES.Apres avoir conquis l’Italie, l’artiste italo-marocaine est allée briller sous d’autres cieux, notamment en France où elle a réussi à faire des admirateurs. De sa voix, elle dit : « Je me laisse aller en écoutant les musiciens. Mes émotions passent au travers de ma voix ». Pour elle, ‘’tout est fondamental. Il faut de belles chansons, musiques, paroles mais aussi une belle voix. C’est le tout qui fait le succès. S’il manque un élément ça ne marchera pas ».Evoquant l’un de ses célèbres albums, l’artiste indique que l’idée de faire cet album lui est venue quand elle était en voyage au Maroc pour le compte d’une ONG. ‘’Les rythmes des tambours et les chansons des poètes berbères du Maroc m’ont inspiré et après une visite à New York et le Japon j’ai réalisé cet album. Bref, c’est un travail né de plusieurs expériences’’, a-t-elle ajouté, se déclarant, de passage, ‘’fière’’ de ses origines et d’être une ‘’métisse’’, ce qui représente en soi ‘’quelque chose de très positif’’.Mariée et mère d’une fille de 10 ans, Malika Ayane indique qu’elle n’hésite pas de prendre l’avis de ses enfants (sa fille et les deux filles de son mari, issues d’un autre mariage) avant de les chanter en public. Si la version définitive leur plaît, j’étais toujours sûre qu’elle plaira aussi au public’’.A propos de la gestion de sa vie conjugale et sa vie artistique, l’artiste indique que ‘’c’est très dur de concilier les deux, mais je m’accroche et fais le maximum pour faire à la fois la maman et la chanteuse’’.

MAP


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *