• mer 20 septembre 2017  19:10
Bled.ma

L'info sans frontières

MAROC: ECOLE « BRITISH COUNCIL CASABLANCA » HORS LA LOI

MAROC: ECOLE « BRITISH COUNCIL CASABLANCA » HORS LA LOI

14 juillet, 2016

[ - ] A [ + ]

Le ministère de l’Éducation invite les parents à s’assurer de la situation légale des établissements de l’enseignement privé avant d’inscrire leurs enfants.

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle invite les parents souhaitant inscrire leurs enfants dans les établissements de l’enseignement privé à s’assurer de la conformité de leur situation légale, notamment en ce qui concerne les filières scolaires et les programmes pédagogiques pour lesquels ces écoles sont habilitées.

La liste complète des établissements d’enseignement privé disposant d’une autorisation est disponible sur le site électronique www.men.gov.ma, indique un communiqué du ministère, ajoutant qu’il est possible de s’enquérir de toutes les informations relatives à ces établissements, ainsi que leur situation réelle en contactant directement les académies régionales de l’éducation et de la formation et les directions provinciales.

Par ailleurs, le ministère souligne que malgré son communiqué publié le 21 juin 2016, il a appris que l’établissement dénommé « British Council Casablanca » promeut, à travers des campagnes publicitaires et sur les sites de réseaux sociaux, des informations à même d' »induire en erreur » les parents d’élèves quant à l’adoption du système britannique.

Et de rappeler que dans son communiqué du 21 juin dernier, le ministère affirmait qu’aucun établissement d’enseignement privé n’a, jusqu’à présent, été autorisé à adopter le système ou les programmes d’éducation britanniques, ni un système autre que celui en vigueur au Maroc pour l’enseignement de la langue anglaise.

Ainsi, ajoute le communiqué, l’établissement précité a entamé son activité en dehors des dispositions de la loi 06.00 formant statut de l’enseignement scolaire privé, faisant observer que ledit établissement n’exerce pas ses activités dans le cadre d’une convention signée entre les gouvernements marocain et britannique.

Le ministère a donc entrepris « les procédures administratives prévues dans l’arrêté n° 517.10 émis en février 2010 » concernant les mesures à prendre à l’encontre de tous ceux qui transgressent les dispositions de cette loi, conclut le communiqué.

MAP


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.