• dim 24 septembre 2017  18:41
Bled.ma

L'info sans frontières

MOGADOR, L’HABILLEUSE SONORE

MOGADOR, L’HABILLEUSE SONORE

30 septembre, 2016

[ - ] A [ + ]

Prévu du 14 au 16 octobre, Moga Festival propose essentiellement de la musique électronique, mais aussi un peu de gnaoua. Un soupçon de musiques confrériques et une dose de sample.

Port teinté d’un certain bleu. Murs éblouissants de chaux blancs, ocre et bleus de la pittoresque médina. Essaouira (naguère Amogdul, ensuite Mogadoura, puis Mogadour avant d’être Mogador), est une citadelle construite sur une presqu’île ballotée par un furieux vent venu de l’océan. Tel un bateau ivre. Essaouira passe la plus claire partie de son temps à se faire belle. Elle est déjà connue pour ses festivals : Gnaoua et musiques du monde, Printemps des Alizés, des Andalousie Atlantique et dernièrement Jazz sous l’Arganier. Elle glisse désormais sur la vague des festivals électro.

Un nouveau-né, un nouveau-né déjà prospère. Sinon un véritable orgue dans les bras duquel on se jette avec ferveur. Moga (en référence à l’ancien nom de la ville) se veut le trait d’union entre cultures traditionnelles et touche moderne. Le festival a voulu frapper fort. C’est le fruit d’une collaboration entre l’agence basée à Nice ; Panda Events et le collectif Runtomorrow. Une amitié franco-marocaine. Un événement aussi considérable, dans une ville si attachante dont le charme et l’histoire n’ont cessé de fasciner les voyageurs et les artistes du monde entier, mérite amplement d’être mis en valeur. Moga festival avance une programmation exemplaire,

mêlant pointures internationales et artistes locaux, musique techno et traditionnelle marocaine. Un nouveau souffle aux rythmes torrides qui animera Essaouira. Offrant ainsi une infinité de plaisirs décoiffant.

« Il y aura des moments gratuits, d’autres payants à des prix variables. Le spectateur, en fonction de ses goûts, de son temps, de ses moyens, choisit sa formule dans les différents lieux du festival » précise Yan Degorce-Dumas, responsable de la communication de Panda Events. Le festival jouit d’un insolent retentissement et d’une pléthore de concerts.

Pendant la journée, on pourra musarder à travers les rues, les venelles et les souks de la ville bleue et blanche ; flâner dans la pittoresque médina ; se laisser happer par les couleurs des nombreuses galeries d’art, profiter des brunchs électroniques, des ateliers pédagogiques, des Beach Party et des installations vidéonumériques que nous accorde Moga. A la tombé du jour, on pourra rejoindre les lieux de tournage de Game Of Thrones ; vaste plate-forme d’artillerie aux murs crénelés, qui domine l’océan et offre un point de vue superbe. La sqala de la casbah. C’est ici où les gnaoua collaboreront avec les artistes de musique électronique. Recueillement et extase. La nuit, direction les villas nichées sur les hauteurs de la ville pour se laisser bercer aux sons des labels internationaux et marocains.

Trois jours pour découvrir les musiques électroniques et la culture numérique au sein de la médina et des lieux cultes de la ville. Moga festival sera aussi Ecolo par son partenariat avec l’association Bahri qui a pour principale mission la protection de la mer. Ce festival, attirera-t-il un flot d’amateurs qui mettra la ville en effervescence ? Y aura-t-il une marée humaine qui se déferlera dans la médina et se coincera dans les ruelles ? Acte de bravoure, kermesse héroïque, dont beaucoup imaginaient qu’il n’aurait jamais lieu, il se distingue par sa volonté de s’affranchir du tout-venant, son désir de marier la musique ancestrale des gnaoua (qui est aussi basée sur une répétition des rythmes) au modernisme de la musique électronique et son envie de décloisonner les genres. A Essaouira, on ne déroge jamais à la règle d’or de proposer affablement des spectacles fabuleux. Cette ville a définitivement un calendrier festif complet.

Excellente pioche à laquelle il faut se rendre absolument en se hâtant lentement.

Réda HOUDAIFA

Le line-up du Moga Festival 2016 : Âme ; Âme & Maalem Gnawa Special Live, Baby Vulture, Bella Sarris, Chaim, Culoe de Song, Darwin, Dj Tennis, dOP ; dOP & Maalem Gnawa Special Live, Eddy Ramich, Gorje Hewek & Izhevski, Huerco S, Idriss D, Kode9, Lee Burridge, Lefto, Le Mellotron Djs, Magda, M.A.N.D.Y.,  Mind Against, Renaat, Ron Morelli, Ruba Kpø, Sam Bangura, Seuil & Le Loup aka Hold Youth, Shaun Reeves, SIS, Sucré Salé, Terekke, YokoO, All Day I Dream Showcase, Half Baked Showcase

Local heroes : Achil, Ayrad, Daox, Driss Skali, Etsu, Hsn, Inspectah Deep, Jay Douzi, Kali G, Koddi, Leo Wallace, Madjy & Massimo, Mr ID, Nehji, Omario, Raio, Seejay, Secret 47, Yasmean, Yacine Dessouki


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.