• ven 22 septembre 2017  23:23
Bled.ma

L'info sans frontières

NAJAT VALLAUD BELKACEM S’EXPLIQUE SUR LA POLEMIQUE DE BARAKACITY

NAJAT VALLAUD BELKACEM S’EXPLIQUE SUR LA POLEMIQUE DE BARAKACITY

26 janvier, 2016

[ - ] A [ + ]

La ministre de l’éducation nationale a tenu, comme elle en a l’habitude, à recadrer les choses suite à la polémique suscitée par son passage télévisée dans Le Supplément de Canal+. Dans un entretien paru ce mardi dans le quotidien Le Parisien, elle s’explique sur BarakaCity mais surtout sur ses réponses, objet des critiques.

C’est un véritable tollé qu’a suscité Najat Vallaud Belkacem sur la toile suite à son intervention télévisée dans Le Supplément de Canal+. Les internautes ont critiqué de façon virulente le manque de réaction de la ministre face aux propos controversés du président de l’ONG musulmane BarakaCity vis-à-vis de Daech. Lors de l’émission, la Ministre de l’Education nationale n’avait pas souhaité s’exprimer sur les propos tout juste avancés par le président de BarakaCity, Idriss Sihamedi. Après un court reportage sur l’association, le présentateur du Supplément, Ali Baddou, avait demandé à l’intéressé s’il condamnait les crimes commis par l’Organisation de l’Etat Islamique. Une question qui n’a pas été du goût de Idrissi Sihamedi: « Ce n’est pas équitable, ce n’est pas juste de poser la question à un musulman comme moi parce que je suis musulman ». Le présentateur s’est alors tourné vers Najat Vallaud Belkacem pour lui demander si elle souhaitait faire un commentaire. Après avoir répondu par la négative en affirmant ne pas connaître l’association, elle a ajouté: « Si je devais vraiment réagir, je dirais simplement qu’il faut distinguer à mon avis deux choses: la situation de Moussa, qui en sa qualité de ressortissant français a droit à une aide et une protection qui, si j’ai bien compris, lui est apportée par l’ambassade, et puis pour le reste, je crois que c’est une association [BarakaCity, NDLR] qui porte une façon de voir les choses qui n’est pas la mienne, à laquelle je ne souscris pas et qui me met aussi mal à l’aise, honnêtement, et donc je n’ajouterai rien ».

Dans un entretien paru aujourd’hui, la ministre exprime d’abord son mécontentement vis-à-vis de Canal+.

Questionnée sur sa réaction lors de la diffusion de l’émission dimanche Vallaud-Belkacem a avoué s’être dit « Mais quelle horreur ! »: « Comment a-t-on pu laisser un tel individu s’exprimer? C’était plus que de l’indignation, de la nausée. Évitons d’élever au rang d’interlocuteurs des gens qui se situent en dehors du champ républicain. » « L’interview a provoqué une espèce de sidération sur le plateau, partagée par l’ensemble des participants et du public, a-t-elle affirmé au quotidien. Mon premier mouvement, quand on m’a demandé si je souhaitais poursuivre la discussion, a été de répondre « non ».

Et de poursuivre: « Aurais-je dû m’engager dans un débat avec cet individu, aller au clash dans les trente secondes de temps de parole qui m’étaient offertes à la fin de son interview (je rappelle qu’il ne s’agissait pas d’un débat entre lui et moi mais d’une séquence de l’émission qui lui était consacrée)? Non, car cela aurait été reconnaître une valeur à sa parole, lui donner beaucoup d’importance.

Bled.ma


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *