• jeu 21 septembre 2017  13:28
Bled.ma

L'info sans frontières

NE SOMMES-NOUS QUE DES MORTS EN SURSIS ?

NE SOMMES-NOUS QUE DES MORTS EN SURSIS ?

19 janvier, 2016

[ - ] A [ + ]

C’est extraordinaire cette belle jeune femme à l’appareil photo braqué sur la vie qui meurt, elle aussi, quand elle était si loin d’y penser. On ne parle plus de nous que dans le sinistre passage de vie à trépas. Le franchissement de la frontière de la vie vers la mort, est devenu le témoin de notre vécu, de notre existence, ce qui nous fait parler et fait parler de nous. Terroristes, victimes d’abus, de viol, de tortures, de guerres coloniales, photographes, cadavre d’enfant échoué en bordure de mer, tant de profils divers ne suscitant les flashs qu’à l’instant même où la faucheuse s’en empare. Même l’enfant qui est le symbole de l’éclosion de la vie, est ici un mort comme les autres, comme pour nous dire, revenez, n’entrez pas, rebroussez chemin, vous n’êtes en fin de compte vivants dans nos chroniques que morts, à preuve Charlie Hebdo qui remercie à la Une la mort de l’avoir épargné de la menace d’Aylan, ce violeur potentiel. Le temps de la mort est aujourd’hui notre temps quand celui des autres est la vie, du moins comme ils l’entendent. Nous ne sommes apparemment bons qu’à ça dans le regard de l’autre.

Par Mohammed Ennaji


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *