• mer 16 août 2017  16:12
Bled.ma

L'info sans frontières

PANAMA PAPERS : PERQUISITION DE LA POLICE SUISSE AU SIÈGE DE L’UEFA

PANAMA PAPERS : PERQUISITION DE LA POLICE SUISSE AU SIÈGE DE L’UEFA

6 avril, 2016

[ - ] A [ + ]

La police suisse a effectué une perquisition au siège de l’UEFA, à Nyon, au lendemain des révélations des Panama Papers impliquant le président de la FIFA, Gianni Infantino.

Mardi, le Süddeutsche Zeitung avait révélé que le nom de Gianni Infantino, élu président de la FIFA en février, était cité dans les Panama Papers. Le dirigeant suisse avait en effet signé un contrat télévisé en faveur d’une société offshore (Cross Trading) en 2006, alors qu’il était responsable juridique de l’UEFA. Les remous provoqués par ces révélations sont d’autant plus importants que Cross Trading était alors dirigé par Mariano et Hugo Jinkis, actuellement placés en détention provisoire pour avoir versé plusieurs millions de dollars de pot-de-vin à des dirigeants du football.
Des droits cédés par l’UEFA, revendus trois fois plus cher
Moins de vingt-quatre heures plus tard, la police fédérale suisse a perquisitionné ce mercredi le siège de l’UEFA afin d’obtenir ces contrats, lesquels concernent l’attribution de droits TV en Equateur. L’UEFA avait cédé les droits de diffusion de la Ligue des champions à Cross Trading pour 111 000 dollars, droits que Cross Trading avait ensuite revendu au groupe équatorien Teleamazonas pour 311 770 dollars.
«Nous avons reçu la visite de la Police fédérale suisse agissant en vertu d’un mandat et demandant à voir les contrats entre l’UEFA et Cross Trading/Teleamazonas. Naturellement, l’UEFA a fourni à la Police fédérale tous les documents en sa possession et va coopérer pleinement», a indiqué l’instance du football européen dans un communiqué.
L’UEFA et Infantino se défendent
Avant l’intervention de la police suisse, l’UEFA s’était déjà expliqué hier dans un communiqué, se disant «consterné de lire certains articles suggérant une conduite irrégulière» et rappelant qu’il n’y a jamais eu, en ce qui concerne ce contrat, de «soupçons de malversation». «Gianni Infantino a toujours agi avec professionnalisme et une intégrité totale», y est-il également précisé. Le dirigeant suisse avait lui-même répondu aux révélations des Panama Papers en soulignant qu’il n’avait «jamais traité directement avec Cross Trading, ni avec ses propriétaires : le processus d’appel d’offre était géré par l’équipe marketing de l’UEFA.»


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *