• lun 29 mai 2017  13:22
Bled.ma

L'info sans frontières

POUR UN PATRIOTISME DE GESTES ET NON DE PAROLES

POUR UN PATRIOTISME DE GESTES ET NON DE PAROLES

5 décembre, 2016

[ - ] A [ + ]

Si la politique n’est pas une science exacte, elle est un art qui exige des trésors d’imagination. C’est d’ailleurs en cela qu’elle a horreur du vide ! Cette exigence est encore plus vitale au registre de l’action diplomatique.

Bien entendu, les passions constituent le carburant nécessaire à la vivification de l’adhésion à un projet de société, à une vision, à un destin. Mais les passions constituent également une arme à double tranchant, en ce sens qu’elles peuvent être cyniquement instrumentalisées pour précisément saper ce même projet de société, cette même vision, ce même destin !

En effet, la foule n’est vraiment fidèle qu’à ses pulsions. Cette règle est encore plus vérifiable au sein d’une population minée par l’analphabétisme et l’indigence de l’encadrement politique performant.

Aussi la pire des manifestations patriotiques est-elle l’excitation assise sur le socle de la paresse intellectuelle qui prône le seul « béni-oui-ouisme » débile et débilisant.

Et ce n’est pas en répétant à l’infini « Vive le Maroc ! », « Vive le Roi ! » ou « Le Sahara est marocain ! » que le Maroc arrivera à résoudre les équations géostratégiques alambiquées de l’ère post-moderne qui lui sont opposées comme à l’ensemble du continent africain.

Mohammed VI, lui, n’a guère besoin de vivats pour s’y atteler comme il le fait avec un courage qui a cruellement manqué à son père au chapitre de la gestion de l’après-Marche verte.

En vérité, je vous le dis, le rôle de la société civile et des élites politiques n’est pas celui d’applaudir béatement, mais d’investir le champ de la réflexion pour accompagner l’action diplomatique du chef de l’Etat au moyen de concepts innovants, de lobbying performant et de banques de projets.

Le noyau dur du tissu économique national a bien compris le message. Il fonce sur le « chemin de fer » entrepreneurial conçu par le Souverain vers la conquête des parts de marchés à des milliers de kilomètres, sur des zones naguère dévolues aux mastodontes coloniaux et néo-coloniaux.

Le signal est donné par Mohammed VI lui-même : retroussons nos méninges pour le rayonnement du Maroc au lieu de nous complaire dans la paresse des vivats stériles !

Comme pour les individus, l’amour de la patrie exige des gestes forts; les belles paroles ne suffisent pas.

Abdessamad MOUHIEDDINE

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.