• mar 24 octobre 2017  01:01
Bled.ma

L'info sans frontières

Sénégal: conférence sur la protection des jeunes sportifs

Sénégal: conférence sur la protection des jeunes sportifs

8 décembre, 2015

[ - ] A [ + ]

Au Sénégal, protéger les jeunes sportifs, dénoncer les mauvaises pratiques et chercher des solutions est l’objectif d’une conférence ambitieuse qui se tient, depuis lundi 7 décembre à Dakar, sous le nom « Ensemble pour la protection des jeunes joueurs de football en Afrique ».

Loin des terrains de foot style « champ de patates » de la capitale, c’est dans le salon d’un hôtel de luxe que se sont retrouvés les participants pour parler notamment du trafic de joueurs. Il s’agit d’un sujet sensible, mais qui n’est plus tabou, ainsi que l’explique Jean-Claude Mbvoumin, fondateur de l’association Foot Solidaire. « Non, ce n’est plus vraiment un tabou. C’est vrai que certaines personnes ont du mal à en parler, mais c’est un combat d’arrière-garde. Aujourd’hui, le fan ne veut plus que son sport soit utilisé à des fins criminelles, ni que les enfants soient trafiqués, exploités », a déclaré le fondateur de l’association Foot Solidaire. Présent dans l’assistance, Jérôme Champagne, candidat à la présidence de la FIFA, reconnaît que le foot est à l’image du monde capitaliste. « Voilà la réalité du monde d’aujourd’hui. Il y a toute une série de personnes qui essayent de gagner un petit quelque chose en faisant ce genre de trafic. Ce n’est pas une réalité propre au football. Le monde est injuste. Sous couvert de liberté, on tolère beaucoup de choses qu’on ne devrait pas tolérer », a estimé Jérôme Champagne. Claude Leroy, entraîneur qui parcourt l’Afrique depuis des décennies a une solution. Selon lui, il faut professionnaliser. « Un professionnalisme à l’africaine mais c’est vrai qu’une base de salaire de 650 000 FCFA permettrait de fixer les gamins sur ce continent », a-t-il estimé. Dénoncer. Fadel Barro du mouvement «Y’en a marre» sait le faire. Pour le militant, le football commercial est à l’image des grandes multinationales qui pillent le continent. « C’est un problème d’appropriation de nos ressources. De la même manière, il faut se battre pour que notre football puisse servir le continent africain. C’est pourquoi  » Y’en a marre »  est engagé dans ce combat et nous allons faire un plaidoyer très fort pour ça », a-t-il affirmé.

Par RFI


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *