• jeu 23 novembre 2017  09:16
Bled.ma

L'info sans frontières

Silence,on tourne…en rond !

Silence,on tourne…en rond !

16 septembre, 2015

[ - ] A [ + ]

Au Maroc, on délègue à tout-va. Cela peut sembler vertueux à première vue. Qui ne voudrait pas, en effet, que le ministre, le chef d’entreprise, le chef de service ou encore le gradé militaire délèguent leurs prérogatives à leurs subordonnées ?

Hélas, la délégation des prérogatives à la marocaine ne relève nullement du vertueux registre du mérite. Elle s’apparente, en vérité, à l’une des formes les plus cyniques de l’irresponsabilité. Chez nous, -n’est-ce pas ?- un patron, c’est fait pour les honneurs, les premiers rangs sur la photo, bref, tous les mérites…immérités.

Mais au moment où il faut rendre compte des écarts, des turpitudes, des incompétences, c’est invariablement le délégataire qui trinque. Jamais le délégateur !

Nous sommes là en présence d’un mental « caïdal », seigneurial, qui ne s’embarrasse d’aucune règle managériale moderne. Etonnant ? Que nenni ! Le caractère familial de la majorité du tissu entrepreneurial marocain ne renseigne-t-il pas amplement sur ces mœurs claniques où le patron est toujours rétribué pour ce qu’il n’accomplit guère au chapitre des exploits et le subordonné automatiquement sanctionné à la moindre panne du système ?

Qu’est-ce à dire ?

Cela veut dire que ce travers mental est le principal obstacle dressé dans notre cher et beau pays sur le chemin dune véritable démocratie et d’une authentique modernité. Que nos « leaders » politiques sont extrêmement boulimiques en éloges, gratifications, privilèges et autres passe-droits indus, tandis que leurs assistants sont cantonnés dans le statut de larbins. Le pire est que ce rapport seigneur-vassal parcourt le système aussi bien verticalement qu’horizontalement. Face à cette tare endémique, quasiment congénitale, le silence est de rigueur.Alors ? Alors on tourne en rond ! Chaque fois qu’on croit avoir approché la modernité, elle s’avère vite fallacieuse, telle une rivière qui se métamorphose, à chaque illusoire espérance, en mirage.

Silence, on tourne…en rond !

Abdessamad MOUHIEDDINE


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *