• jeu 21 septembre 2017  02:15
Bled.ma

L'info sans frontières

TENSIONS SANS PRECEDENT ENTRE LA TURQUIE ET LES PAYS-BAS

TENSIONS SANS PRECEDENT ENTRE LA TURQUIE ET LES PAYS-BAS

14 mars, 2017

[ - ] A [ + ]

La Turquie refuse le retour de l’ambassadeur néerlandais tant que les Pays-Bas ne se rendront pas aux conditions posées par Ankara pour résoudre la crise diplomatique entre les deux pays, a déclaré lundi le vice-Premier ministre turc. « Il a été décidé que jusqu’à ce que les conditions que nous avons posées soient remplies, l’ambassadeur néerlandais ne sera pas autorisé à revenir », a déclaré Numan Kurtulmus après une réunion du conseil des ministres.

En outre, « tant que les Pays-Bas n’auront pas réparé les torts qu’ils ont commis, les relations au plus haut niveau et les rencontres prévues au niveau ministériel et à haut niveau sont suspendues », a-t-il ajouté, après que La Haye a interdit à des ministres turcs de participer à des rassemblements en faveur du président Recep Tayyip Erdogan.

La Turquie souhaite une enquête

L’ambassadeur des Pays-Bas Kees Cornelis van Rij est actuellement hors de Turquie, et le chargé d’affaires gère les affaires courantes. Le vice-Premier ministre a ajouté que le parlement turc serait invité à se retirer du groupe d’amitié turco-néerlandais.

Il a indiqué que la Turquie souhaitait une enquête sur les événements des derniers jours, dont le recours à des policiers à cheval et à des chiens pour rétablir l’ordre après une manifestation devant le consulat turc à Rotterdam. La crise entre les Pays-Bas et la Turquie a éclaté lorsque La Haye a interdit au ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu d’atterrir aux Pays-Bas pour participer à un rassemblement à Rotterdam et expulsé du pays la ministre de la Famille Fatma Betul Sayan Kaya.

L’UE appelle à une désescalade des tensions

Les ministres avaient prévu de participer à des meetings avec la diaspora turque pour promouvoir le « oui » au référendum sur le renforcement des pouvoirs présidentiels qui doit être organisé en Turquie le 16 avril. Lundi, l’Union européenne et l’Otan ont appelé à une desescalade des tensions entre la Turquie et les pays comme les Pays-Bas ou l’Allemagne surgies à la suite de leur refus d’autoriser des ministres turcs à participer à des meetings pro-Erdogan.

AFP


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.