• mer 23 août 2017  01:32
Bled.ma

L'info sans frontières

Travail « des petites bonnes » : Comment le Parlement doit-il réagir face à ce malheur

Travail « des petites bonnes » : Comment le Parlement doit-il réagir face à ce malheur

8 juillet, 2015

[ - ] A [ + ]

Le collectif associatif en appelle à les autorités politique pour  mettre fin au malheur des petites bonnes.

Il semble que le travail des petites bonnes demeure toujours une problématique qui ne veut pas avoir une fin. Ainsi après amendement et adoption par la Chambre des conseillers, les parlementaires de la Chambre des représentants vont déposer ce mercredi leurs amendements au projet de loi 19.12 concernant les conditions d’emploi et de travail des domestiques. Le texte en question fixe à 16 ans l’âge d’accès au travail domestique, ce que dénonce le Collectif « pour l’éradication du travail des petites bonnes». Ce dernier qui regroupe une cinquantaine d’associations appelle les parlementaires à voter un amendement portant à 18 ans l’âge d’accès au travail. Le Collectif estime qu’il s’agit là d’« une obligation sociétale, légale et morale » contre l’exploitation de ces jeunes filles. Dans un communiqué, il rappelle que le maintien de l’âge de 16 ans est contraire à l’esprit et à la lettre des conventions 138 et 182 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et à la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, toutes ratifiées par le Maroc ainsi qu’à la Constitution. Cette disposition va également à l’encontre des avis du Conseil national des droits de l’homme ( CNDH) et le Conseil Economique, Social et Environnemental ( CESE) , de l’UNICEF, l’Agence des Nations Unies chargée du suivi de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, ainsi que les organisations de la société civile investie dans la protection de l’enfant.

Bled.ma


Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *