• ven 23 juin 2017  05:20
Bled.ma

L'info sans frontières

UN NOUVEAU SOUFFLE POUR L’ESPRIT ANDALOU

UN NOUVEAU SOUFFLE POUR L’ESPRIT ANDALOU

27 octobre, 2016

[ - ] A [ + ]

Du 27 au 29 octobre se tiendra la 13ème édition du Festival des Andalousies Atlantiques. Cette manifestation, qui se tiendra bel et bien à Essaouira, s’inscrit sous les signes vivifiants du partage, de la rencontre et du métissage. Evénements à ne pas rater.

 

Treize ans de son divers. Mais toujours une même idée : mettre en valeur l’histoire de l’héritage andalou (une musique qui est à la base du rite juif et du rite musulman). Une volonté de montrer des créations dans une grande pluralité de registres. « Pour la première fois dans le monde feutré de la musique andalouse, se sont les Jeunes grands maîtres de cette école prestigieuse qui seront au cœur et sous les projecteurs de cette treizième édition qui ne ressemblera à aucune autre », précise Essaouira Mogador dans un communiqué. Cette année, ce festival mettra l’accent sur la jeunesse « pour nous dire à leur façon, et avec la fougue de leur jeunesse, les promesses de leur talent qui n’a pas attendu le poids des années pour s’imposer aux mélomanes les plus exigeants », souligne la même source. Une centaine de musiciens venus de Tanger, Tétouan, Fès, Chefchaouen, Salé et Essaouira sont attendus. Depuis sa création en 2003, le festival cherche à mettre en évidence les têtes chercheuses, mais c’est la première fois qu’il passe sans se soucier des générations. Le Festival des Andalousies Atlantiques surfera sur les vagues d’un patrimoine, dans une cité polyphonique par excellence qui refuse qu’une voix puisse être étouffée. Une ville de rencontre et d’échange, fidèle à ses principes fondateurs de métissages culturels et ethniques. C’est pourquoi Essaouira accorde une place honorable à la musique andalouse par un rendez-vous annuel d’automne. Le festival met en vive lumière des pans de la mémoire andalouse en exaltant le legs fécond d’une période singulière, en faisant souffler l’esprit andalou le temps éphémère d’une rencontre. Il entend d’imprégner les visiteurs des valeurs dont l’Andalousie était pétrie. Voilà sans doute pourquoi l’andalou demeure le pilier fondateurs de la manifestation. Le Festival des Andalousies Atlantiques est un rapport au moment présent, à travers les prestations des « Jeunes grands maîtres », mais aussi une histoire de temps, dans toute son épanouissement. Les visiteurs seront d’abord émerveillés, puis chagrinés. De même que l’intellect sera séduit et sollicité, les sens seront davantage taquinés par une musique étant le plat de résistance de ce banquet saisonnier. Entre Dar Souiri et le Menzeh, se croisent divers musiques, les ronflements du port, le martèlement des artisans sur thuya, les cris entêtants des mouettes et la fureur d’un vent de folie. La diva Sanaa Marahati, l’emblématique Raymonde El Bidaouia, Rachid Ouchehad et autres musiciens et chanteurs, auront la tâche de faire revivre ce patrimoine lumineux. Ils s’en acquitteront sûrement avec brio, tant leur talent est indiscutable. Un pèlerinage à Essaouira s’impose pour qui veut avoir son contentement d’effluves d’un passé lointain et proche.

Reda Houdaifa


Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.